Image d'introduction
expatriation Danemark
Texte d'introduction

Jérémy a tellement apprécié son année Erasmus en Irlande qu’il a opté pour une seconde expérience d’expatriation... au Danemark ! À l’heure où sa mission de Volontariat International en Entreprise (VIE) à Copenhague s’achève, il revient sur son parcours hors de l’Hexagone. Le bilan est positif ! 

Corps de l'article

Pour quelles raisons as-tu choisi de partir en Volontariat international en entreprise au Danemark ?

Après mon expérience réussie en Irlande (échange Erasmus d’un an), j’ai souhaité prolonger cette expérience à l’étranger par un VIE. Le programme VIE était pour moi la meilleure façon de commencer ma carrière à l’international et j’avais eu de très bons retours sur cette formule. Aimant découvrir de nouvelles cultures et différents pays, je n’envisageais pas de rentrer en France à l’issue de cet échange universitaire. Évoluer au sein d’une société française (Pernod Ricard) me permettait de garder un lien avec la France tout en m’intégrant pleinement au Danemark, dans une structure à 95% danoise. Lors de ma recherche de VIE, j’étais loin de me focaliser sur la région Scandinave, cherchant plutôt une destination plus clémente au niveau des températures, mais la mission qui m’était proposée m’a tout de suite convaincu. Je ne connaissais pas le pays et j’étais curieux de le découvrir ! De même, travailler pour une entreprise comme Pernod Ricard me permettait de rejoindre une grande entreprise.

Quelle(s) langue(s) utilises-tu au quotidien ?

Ma langue de travail est l’anglais. J’ai pris pendant plusieurs mois des cours de danois pour m’intégrer plus facilement dans le pays, mais les Danois parlent l’anglais avec une telle aisance (de l’enfant à la personne âgée), qu’il n’était pas nécessaire pour moi d’approfondir cette langue pour pouvoir me débrouiller dans ma vie de tous les jours ! J’utilise également le français au contact de mes amis VIE et collègues Français.

S’intégrer au Danemark : mission facile ou difficile ?

Quand je compare mon intégration danoise par rapport à mon intégration irlandaise, je constate qu’il est plus difficile de s’intégrer au Danemark. Les Irlandais sont beaucoup plus chaleureux et avenants au premier abord que les Danois. Les Danois privilégient les soirées à la maison entre amis autour d’une bougie, sous le concept de « Hygge ». La barrière de la langue joue également un rôle dans l’intégration. Mais finalement c’est plus une question de temps. En même temps, je compare une intégration au Danemark à une intégration en Irlande (peuple réputé pour être un des plus chaleureux du monde) dans un cadre étudiant… Mais au final, il est facile de s’intégrer au Danemark, à partir du moment où tu le souhaites vraiment.

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaite effectuer un VIE ?

  • Se renseigner sur le pays, ses spécificités, l’entreprise ainsi que la structure locale.
  • Être sûr de son choix de vouloir partir à l’étranger.
  • Vérifier les conditions du VIE (logement payé par l’entreprise ?).

Comment envisages-tu ton avenir professionnel à l’issue de ton VIE ?

Mon VIE s’est terminé il y a quelques jours. J’ai prolongé ma mission pendant plusieurs mois dans la structure locale. Je souhaite maintenant rentrer en France, au moins pour quelques années. Malgré la crise actuelle de l’emploi, je ne me sens pas particulièrement inquiet dans ma recherche future d’emploi.

Titre articles poussés
Know more about : Portraits von Auswanderern